Dans mon dernier article, je vous ai présenté 7 des idées reçues les plus fréquentes dans la communauté du DAM. L'heure est aujourd'hui venue de nous confronter à nos certitudes. La première est que les unités fonctionnelles et les silos d'informations sont trop bien implantés pour être modifiés, et que les solutions de DAM d'entreprise ne sont qu'une idée désespérée qui n'a jamais fonctionné et ne fonctionnera jamais. C'est un point de vue tout à fait compréhensible, qui a fait son chemin suite à d'innombrables échecs. Nous sommes nombreux à avoir travaillé sur des projets apocalyptiques : combien d'heures passées à aligner nos objectifs, standardiser nos taxonomies et nos vocabulaires de contenu ? Combien de formations et de séances d'information pour donner envie à tous les utilisateurs d'adopter ces nouvelles solutions ? Certains d'entre nous, moins nombreux, mais bien présents, ont fini par venir à bout de ces projets. Mais ces victoires n'étaient généralement que de courte durée. Des victoires amoindries et remises en question par une réorganisation, un changement de direction, une acquisition ou un désinvestissement général. On comprend donc pourquoi tant de personnes ont abandonné ou mis de côté l'idée d'avoir une solution complète de DAM d'entreprise.

Mais il y a désormais de nouvelles forces qui agissent en faveur de la fin de ces silos d'informations, et qui rendent cette évolution de plus en plus réaliste.

La première, qui est à l'œuvre depuis plusieurs années, est l'importance de l'expérience client. On le dit de plus en plus : quel que soit le type d'organisation, c'est désormais le différenciateur le plus important pour les clients. McKinsey, Gartner, Forrester et les autres membres de la communauté des cabinets d'analyse le disent. Et pour atteindre cet objectif d'une expérience utilisateur transparente, tous les membres d'une organisation doivent fonctionner en équipe. Chaque service, des créatifs au support en passant par le marketing, les commerciaux, le service financier et la logistique, doit pouvoir accéder à une source de contenu uniformisée et prête à être utilisée.

Customer Experience is a Team Sport

Deuxième facteur en faveur de l'adoption du DAM : les cas d'utilisation sont de plus en plus complexes. Ce point est mis en avant dans le rapport Forrester's Digital Asset Management Vendor Landscape, qui comprend un diagramme de Venn illustrant les cas d'utilisation du DAM (média & production, entreprise et marketing) utilisés au cours des dernières années (téléchargez votre exemplaire gratuit ici). Les solutions de DAM sont de plus en plus étoffées pour répondre à ces nouveaux besoins en matière de DAM d'entreprise. Mais est-ce vraiment viable ?

La bonne nouvelle, c'est que les solutions de DAM les plus modernes et les plus avancées sur le marché aujourd'hui permettent aux entreprises d'utiliser leur contenu dans toutes les situations (recherche, collaboration, publication, etc.) sans devoir migrer les ressources dans un seul système unifié. Et cette dernière phrase est cruciale, car c'est face à ce mur que toutes leurs tentatives ont historiquement échoué.

De nos jours, les entreprises commencent généralement par consolider et migrer leurs ressources, pour découvrir ce faisant que les 3, 10 ou 100 référentiels de contenu dont elles disposent sont tous différents et uniques pour plusieurs raisons : modèles de métadonnées, intégrations à des processus opérationnels spécifiques et à d'autres applications, utilisateurs. Se passer de ces systèmes devient donc très, très difficile. Il est en fait bien plus facile d'adopter une solution globale de DAM permettant à tous ces systèmes de continuer à exister tant que l'organisation en a besoin et propose une bonne expérience utilisateur et un accès à l'ensemble du contenu.

DAM accessing all systems

Cette solution est principalement possible grâce aux API, qui permettent aux différentes applications de communiquer entre elles. C'est en quelque sorte une super-licorne qui efface comme par magie les barrières imposées par les silos de contenu. :-)

Unicorn

Au printemps dernier, ChiefMartech affirmait dans un rapport que le nombre de fournisseurs de technologies liées au marketing était désormais de 5 000, contre seulement 150 en 2011. C'est un assez bon indicateur de la complexité sans cesse croissante des processus marketing des entreprises. Et cela signifie aussi que l'idée de répondre à tous vos besoins en matière de gestion de contenu à l'aide de suites monolithiques est de plus en plus utopique.

Heureusement, ces API « licornes » sont de plus en plus répandues et matures, ce qui facilite la connexion de toutes ces applications et offre un meilleur résultat.

Selon le rapport 2017 State of API Integration Report, le nombre d'API a en effet augmenté de 758 % depuis 2010.

Grâce aux nouvelles fonctionnalités qui permettent de répondre à plusieurs cas d'utilisation dans un même système de DAM et à une meilleure connectivité rendue possible par les API, le rêve d'un contenu libre de toute contrainte est en train de devenir une réalité.

Dans le troisième article de cette série, je vous parlerai de l'évolution de la production du contenu, et notamment du fait que les ressources n'ont plus nécessairement besoin d'être créées et traitées individuellement.

Si cette série d'articles vous plaît, je serais ravi d'échanger avec vous sur les tendances du DAM et les possibilités qui s'offrent à vous lors de la conférence DAM LA 2017 qui aura lieu mi-novembre. Vous pouvez profiter d'un tarif réduit avec le code URI100. J'interviendrai à cette occasion dans la table ronde intitulée « Tools & Solutions: How are Vendors Approaching DAM's Challenges? », ainsi que dans une autre présentation qui sera bientôt dévoilée. J'espère vous y voir nombreux !