Il s'agit du sixième article de ma série sur les idées reçues que la communauté du DAM a développé au fil du temps et qu'elle doit maintenant revoir.

Dans cet article nous allons parler du nouveau rôle des applications de gestion de contenu (indice : elles ne se limitent plus au seul stockage des ressources).

"Les applications de gestion de contenu permettent de collecter et de stocker les ressources."

Pour être franc, je pense que tout le monde est conscient que cette idée est démodée depuis quelques années, mais je tenais à vous parler des changements qui se préparent en matière de DAM.

Commençons par revenir à la création du DAM. Initialement, les applications de gestion de contenu étaient considérées comme des espaces de stockage pour les ressources finalisées. De simples systèmes d'archivage. C'était la gestion de contenu 1.0 et de nombreuses entreprises n'ont pas cherché à proposer des solutions plus développées (même en étant conscientes du potentiel du DAM, elles ne voyaient pas vraiment comment l'exploiter).

La vague suivante, la gestion de contenu 2.0, avait pour objectif principal de faire la liaison entre la collecte des ressources et leurs points de distribution (portails d'upload ou de téléchargement, connexion aux systèmes de gestion de contenu web (WCM), aux sites sociaux, etc.).

L'époque de la gestion de contenu 2.0 n'est pas révolue, et le potentiel d'amélioration reste considérable. Par exemple, la plupart des systèmes descendants, comme les WCM, disposent encore d'intégrations rudimentaires qui obligent les utilisateurs à copier depuis le système de DAM les ressources dont ils ont besoin dans le système WCM avant de les publier. Cela entraîne la duplication des ressources et une déconnexion totale du suivi de leurs performances (consultations, actions, etc.). C'est à la fois de l'espace de stockage gâché et une opportunité manquée de comprendre les performances de ces ressources en les associant aux autres métadonnées disponibles dans le système de DAM. Quelles sont les performances d'une ressource par rapport à son coût de création ? Par rapport aux ressources créées par une autre personne ou une autre agence ? Ce sont des questions auxquelles il est quasi impossible de répondre sans un suivi continu.

Une meilleure intégration permettrait à l'utilisateur d'ouvrir un panneau latéral dans le système WCM et d'y sélectionner directement les ressources stockées dans le système de gestion (référencées par une URL dans le WCM, mais directement publiées depuis le DAM) sans avoir à les dupliquer. Cela vous permet non seulement de réaliser d'importantes économies sur vos coûts de stockage, mais surtout d'être informé à chaque fois qu'une ressource est envoyée à un utilisateur et donc de bénéficier d'un suivi des performances bien plus efficace.

Et dans un monde parfait, une intégration encore plus sophistiquée permettrait d'utiliser une ressource dynamique dans le système WCM. Au chargement de cette page par l'utilisateur, le système chercherait dans le système de DAM la ressource la plus adaptée en fonction du contexte (âge, lieu, préférences connues, historique de session de l'utilisateur, etc.). Si ça vous fait immédiatement penser à la publicité programmatique dont je vous ai déjà parlé précédemment dans cette série, vous avez tout à fait raison !


Mais aujourd'hui, le principal moteur de l'innovation dans le domaine du DAM est ailleurs. La gestion de contenu 3.0 cherche à ajouter le maillon manquant à la chaîne : les étapes de création, de transformation, d'interprétation et d'analyse des ressources tout au long de leur cycle de vie. Cette évolution est nécessaire car la quantité de données en transit empêche de répondre aux attentes des clients en matière de nouveauté et de pertinence, comme je l'ai évoqué dans la troisième partie de cette série. La gestion de contenu 3.0 a pour objectif de proposer une solution complète de gestion des ressources numériques qui permet aux utilisateurs de faire ce qu'ils font le mieux : prendre des décisions créatives, définir les objectifs du système et établir des relations entre les différents acteurs tout en optimisant les opérations manuelles et répétitives qui peuvent être gérées par les systèmes informatiques.

La prochaine fois, dans la septième partie de cette série, nous parlerons de l'intelligence artificielle et du rôle qu'elle peut jouer dans la gestion de contenu. Et je vous préviens, ça dépasse largement les fonctionnalités d'étiquetage automatique.

Si vous aimez cette série, je serai ravi d'échanger avec vous sur les différentes tendances dans le domaine du DAM. N'hésitez pas à nous contacter !