On a beaucoup parlé ces dernières années de la disparition de l'Enterprise Content Management et, plus récemment, de l'émergence des plateformes, applications et composants liés aux Content Services.

En janvier, Michael Woodbridge de Gartner a écrit dans son blog, « L'ECM est mort (kaput, fini, dépassé), tout du moins dans notre définition du marché », et annoncé par la même occasion la naissance des Content Services. En janvier également, John Mancini d'AIIM a répondu dans son propre blog en présentant au monde les Systems of Understanding et en annonçant l'ère de l'Intelligent Information Management, ce qui était également le sujet de sa récente présentation lors de l'AIIM Conference à Orlando.

Oui, comme ils le disent, les temps changent. Le volume et la diversité des contenus ne cessent d'augmenter. Les appareils mobiles se sont développés à une vitesse folle et ont envahi notre quotidien. Le Cloud s'est imposé comme l'acteur principal des infrastructures informatiques et de la distribution des applications et services aux clients. Les réseaux sociaux ont changé pour toujours notre façon de partager l'information et de communiquer. Les consumer apps et l'importance du Shadow IT nous ont montré que la volonté des utilisateurs est primordiale et que "bien" n'est souvent pas suffisant. Et plus récemment, avec le développement du machine learning et de l'intelligence artificielle, la possibilité d'extraire encore plus de connaissances à partir de son contenu a pris une place centrale.

Le changement et l'évolution sont indissociables de la technologie. Cette évolution constante crée forcément des époques dans le marché, des périodes de changement qui bouleversent l'ordre établi et causent bien des inquiétudes, mais qui créent également de nouvelles opportunités incroyables pour les clients et les sociétés qui leur proposent des services.

Je ne me risquerai pas à donner un nom à cette nouvelle ère de l'ECM, il vaut mieux laisser cette discussion à des esprits plus brillants et en meilleure position de le faire (ou peut-être que j'irai contre mon propre jugement pour m'y risquer dans un prochain article). Aujourd'hui, je voulais vraiment me concentrer sur le futur de l'ECM. Je voulais également faire avancer la discussion, car tant de choses ont déjà été écrites à propos de l'impact du S.M.A.C. (Social, Mobile, Analytique et Cloud) sur l'ECM.

Je vais donc, au cours des deux prochaines semaines, partager avec vous une série d'articles traitant du futur de l'ECM en me concentrant sur certains des autres aspects qui seront décisifs pour les plateformes de gestion de contenu de nouvelle génération : modularité, connectivité, modèles de métadonnées et infrastructures Cloud hybrides et étendues. Commençons par jeter un œil à la modularité.

Modularité à tous les niveaux

Pour ceux d'entre vous qui me connaissent : non, je ne vais pas me lancer dans un pamphlet sur l'architecture des solutions d'ECM. Je vais plutôt analyser l'intérêt d'une architecture modulaire à partir de deux perspectives différentes : le développement de nouvelles solutions sur une plateforme de Content Services et la garantie d'avoir un système de nouvelle génération évolutif.

Quel est l'objectif d'une plateforme ? C'est tout simplement une base sur laquelle viennent s'ajouter des solutions. Il peut s'agir de solutions sur mesure. Les clients s'appuient alors sur la plateforme pour répondre à leurs besoins professionnels spécifiques. Mais il peut aussi s'agit d'applications reproductibles, c'est-à-dire d'applications personnalisées développées par les fournisseurs ou leurs partenaires afin de répondre à des besoins professionnels horizontaux ou verticaux spécifiques. Les services modulaires, ou micro-services, facilitent le développement de solutions ou applications spécifiques. Plutôt que de s'appuyer sur une plateforme lourde et monolithique qui essaye de répondre à tous les besoins de tous les utilisateurs, les développeurs peuvent simplement faire appel à des services modulaires qui gèrent la fonctionnalité dont ils ont précisément besoin.

Vous vous rappelez du vieux débat entre les plateformes best-of-breed et les ECM intégrés ? Dans de nombreux cas, les clients ont renoncé à des fonctionnalités avancées ou à une meilleure expérience utilisateur pour s'éviter la pénibilité de devoir intégrer des solutions best-of-breed. Avec l'avènement du Cloud et des services dans le Cloud, il est de plus en plus simple de trouver le service spécifique dont on a besoin et de l'intégrer à sa plateforme (peut-être avec d'autres services proposés par d'autres fournisseurs) afin de créer exactement l'application dont on a besoin. À mesure que nous avançons vers cette époque de micro-services, on constate des conséquences intéressantes pour les fournisseurs, qui fixent le prix de leurs plateformes modulaires, et pour les clients qui n'utilisent peut-être qu'une partie des capacités de leur plateforme.

La modularité est bien plus complexe qu'il n'y parait. Les clients doivent également se tourner vers des plateformes nouvelle génération dotées d'une architecture hautement modulaire et qui seront capables d'intégrer rapidement les nouvelles évolutions en matière d'infrastructure et de technologies. L'un des problèmes cachés des plateformes d'ECM monolithiques est que, lorsqu'une nouvelle version majeure est disponible, les clients doivent procéder à une migration complète pour l'adopter. Les coûts et les ressources associés à ces "améliorations" sont énormes et sont l'une des principales raisons d'un TCO (coût total de possession) élevé dont souffrait la précédente génération de plateformes d'ECM.

Ne serait-il donc pas préférable d'adopter une solution compatible avec les technologies futures. Une solution qui vous permet de mettre à jour les bases de données sous-jacentes (par ex. pour proposer des options NoSQL moins coûteuses et plus performantes), d'ajouter de nouvelles options de stockage du contenu, ou d'incorporer un nouveau moteur de recherche sans changer de plateforme ? Croyez-le ou non, mais certains fournisseurs réfléchissent vraiment à l'architecture et à son impact sur le TCO de leurs clients.

Mon raisonnement est simple : si vous cherchez une architecture résolument moderne et basée sur les micro-services pour accélérer vos processus de développement, vous devriez également chercher une plateforme hautement modulaire et une architecture capable d'intégrer en continu les dernières évolutions en matière d'infrastructure et de technologies.